banniere TrackandRoad
Se connecter

Aidez le site : faites un don Paypal

Notions de traumatologie (2)

Cet article est proposé par Castagl. Même si son contenu n'est pas des plus réjouissants, il est indispensable de le lire pour prendre conscience de certaines réalités et évidences, et adapter votre équipement moto au besoin !

Epaules et membres supérieurs

Le choix de vêtements protecteurs contre l’abrasion, en cas de glissade, mais aussi contre les chocs, est justifié. L’humérus (le bras, quoi), la tête de l’humérus, l’articulation clavicule/tête de l’humérus (l’acromio-claviculaire) et la clavicule sont des zones à risques.

Coque dorsale
Coque dorsale

La protection doit être enveloppante et recouvrir largement ces zones. Devant, elle devrait couvrir au moins la moitié de la clavicule, aidée en cela par telle coque additionnelle qui protège la clavicule avec un système de fermeture au niveau du sternum.
Exemple : chute à petite vitesse, glissade finale sur le ventre, choc épaule contre le pneu de la moto arrêtée qui arrête la glissade du motard mais avec pour résultat une luxation de l’épaule. Une excellente protection peut au moins minimiser les dégâts et éviter la luxation. Cependant, en cas de grande violence de l’impact, il est clair que la protection ne suffit pas mais limite les dégâts.

Une fracture du radius simple opérée entraîne une incapacité d’assez longue durée, de même qu’une fracture du coude laquelle peut entraîner des séquelles non négligeables telle une raideur du coude qui pourra nécessiter une nouvelle opération. Une simple fracture du poignet non opérée c’est 6 semaines de plâtre puis rééducation en suivant.

Une fracture complexe et ouverte du membre supérieur (l’os a traversé la peau) posera de gros problèmes de risque d’infection, de non consolidation, de ré-opération….. Je ne parle pas des brulures occasionnées par des glissades : pizza….

L’utilisation de vêtements anti-abrasifs et protecteurs est donc nécessaire. Les coques doivent pouvoir ne pas sortir de leur emplacement lors d’une chute et devraient protéger depuis au moins 3 travers de doigts au dessus de l’articulation du coude jusqu’à la partie distale du cubitus (os long interieur quand la main est face au ciel), tout près de l’articulation du poignet. Au niveau du coude, la coque doit être enveloppante et protéger les os que nous sentons et qui saillent sur les côtés. Entre la pointe du coude et la tête du cubitus (l’os saillant sur l’intérieur, main face au ciel) c’est là que se trouve une gouttière où passe « le petit jésus », le nerf cubital : cognez-vous à cet endroit et vous comprendrez.
Les fractures de la main, fractures/luxations, les fractures du poignet doivent faire réfléchir à l’utilisation de gants protecteurs.

Main

Certains gants ont des protections multiples et pas inutiles. Zones à risques : les parties saillantes des articulations de la main sur la face dorsale (là où ça chatouille pas), la paume de la main face externe (en regard du métacarpe du 5 ème doigt : os avant l’articulation du petit doigt), le petit doigt et le pouce (luxations). Certains gants ont un système anti-retournement du V ème doigt par liaison avec le IV ème doigt.

Analysez toutes les zones à risque de fractures et choisissez le gant le plus adapté. Le gant devrait remonter au moins à 4 travers de doigt au dessus de l’articulation du poignet, être bien fermé et le blouson bien fermé au dessus. Ainsi, lorsqu’il pleut, l’eau ne déperle pas à l’intérieur du gant. Ceci n’est vrai que pour ceux qui ne possèdent pas de HD ou autres équivalents : dans ce cas, les poignets sont au dessus des coudes et il faut que le gant recouvre le blouson et ainsi, lorsqu’il pleut, l’eau déperle vers le blouson et non à l’intérieur du gant.

Articulation hanche/fémur (coxo-fémorale) et membre inférieur

Rien ne protège le bassin. Le risque de fracture existe et, en cas de fracture du bassin, le risque de saignement interne est important.

Main

Les traumatismes des membres inférieurs sont les plus fréquents et peuvent s’associer à d’autres traumatismes : on parle de polytraumatisme.

Tout peut être luxé/fracturé/abrasé mais les dégâts minimisés avec le port de coques protectrices. Sur les « bons » pantalons il existe des coques (préférer celles dites « à mémoire »), placées en regard des têtes des fémurs.

Hanche / Fémur

Main
Main

L’os que l’on sent à ce niveau est le grand trochanter. Le bon pantalon absorbe en petite partie les chocs, protège contre l’abrasion mais c’est là que les coques ont une grande importance.

Protéger ses genoux et ses jambes :

Genou / Tibia et péroné

Main

La coque genou/jambe doit remonter à au moins 4 travers de doigt au dessus du genou (protection de l’extrémité du fémur, les condyles fémoraux) et descendre jusqu’au 2/3 de la jambe. La fin de cette protection couvre la partie supérieure de la botte lorsque le pantalon recouvre la botte.
Il faut éviter d'en arriver là : une fracture ouverte du tibia, déjà plus de 2 mois d'hospitalisation et c'est pas fini.

Main

Elle doit être enveloppante en particulier au niveau du genou sur les côtés car une fracture du col du péroné (os à l’extérieur du tibia, le col du péroné se situe donc juste en dessous du genou, à l’extérieur), peut entraîner une paralysie d’une des 2 divisions du nerf sciatique (le nerf sciatique poplité externe) et empêcher de relever le pied avec les conséquences que cela a. La partie inférieure de la jambe, les chevilles, les os du pied, le calcanéum (talon) sur lequel s’insère le tendon d’Achille doivent être sérieusement protégés par des bottes adéquates.

Main

On analysera :

Bien sûr, une botte adéquate est une botte chère mais, ma foi, autant que les dégâts soient les moins sévères possibles : une fracture simple du tibia vaut mieux qu’une fracture complexe et ouverte, demande une hospitalisation de courte durée, laisse peu de séquelles. Dans l’autre cas cela peut conduire à une hospitalisation longue et douloureuse avec de multiples anesthésies, un risque d’infection majeur et peut aller jusqu’à l’amputation.

Textile ou cuir ? Que choisir ?

Le cuir est confortable et une seule tenue peut permettre de rouler par tout temps. Certains sont étanches, mais cher, d’autres le sont plus ou moins. Cependant, faut acheter un top case pour trimballer son change (pantalon, jupette……) à moins de laisser son vestiaire au boulot.

Certains textiles (cordura, kevlar….) sont plus anti-brasifs que le cuir mais coûtent quasiment le même prix. Ils sont rarement polyvalents obligeant à acheter un blouson «été ». Idem que le cuir pour le change.
J’en connais un qui remplit un bon cahier des charges : anti-abrasif, protections au top, étanche avec sa doublure thermique isolante et respirante, un col remontant haut n’obligeant pas à porter un cache cou, autorisant le roulage par tout temps hiver comme été….mais il vaut 379 euros

En conclusion, protégeons nous et sortons « coqués »

Main

Forum

Retrouvez les topics du forum traitant de ce sujet. Pour poster un topic lié à cette page, cliquez sur le bouton 'Nouveau' (si vous souhaitez poster un topic sans rapport direct avec cette page, rendez vous sur le forum directement).

Sujet Réponses Auteur Vus Dernier post
Notions de traumatologie ou pourquoi se protéger
4 Castagl 1227 12/11/2009 à 22h42
Par Thomas